Les cinq commandements du numérique au bureau

Que vous soyez ingénieur dans une grande entreprise, agent administratif, chef de projet dans une agence de pub ou même artisan, le numérique est devenu incontournable sur votre lieu de travail. Son usage est encadré par un certain nombre de règles et précautions qu’on vous résume en cinq commandements.

La charte informatique religieusement tu liras

De plus en plus d’entreprises adoptent une charte informatique qui encadre l’utilisation des moyens informatiques (Internet, messagerie, périphériques, etc.) mis à disposition des salariés. Dans certains cas, elle est conçue comme un simple mode d’emploi expliquant leur fonctionnement et les bonnes pratiques. Dans d’autres cas, elle possède un caractère contraignant et fixe les droits et obligations des salariés, ainsi que les procédures et moyens de contrôles effectués par l’employeur. Elle est alors annexée au règlement intérieur, voire au contrat de travail.

La première chose à faire est donc de lire avec attention la charte de votre boîte, car sa violation peut entraîner des sanctions disciplinaires (pouvant aller jusqu’au licenciement) et, dans certaines situations, des poursuites pénales.

Un usage modéré (et chaste) d’Internet tu feras

Si, en principe, l’utilisation des outils informatiques sur le lieu de travail doit être purement professionnelle, elle est tolérée à des fins personnelles. Elle doit cependant « rester raisonnable et ne pas affecter la sécurité des réseaux ou la productivité de l’entreprise ou de l’administration concernée ». Dans le cas contraire, la sanction peut aller du simple avertissement au licenciement pour faute grave.

Rassurez-vous, on ne peut pas vous virer parce que vous avez passé une heure sur Facebook la semaine dernière. En revanche, si vous cumulez plus 40 h en moins d’un mois, vous risquez d’avoir des problèmes… Idem si vous consultez régulièrement des sites coquins, non seulement parce que, eh bien, ce n’est pas très professionnel, mais aussi parce que ce genre de sites expose votre entreprise à des virus ou fichiers indésirables. Autres abus sanctionnés : utiliser sa messagerie pro pour des échanges de nature à porter préjudice à l’image de l’entreprise ou télécharger un volume tellement important de fichiers que cela encombre le réseau.

Ton jardin secret tu protégeras

Par défaut, les e-mails envoyés au moyen des outils informatiques de l’entreprise ont un caractère professionnel ; votre patron peut les lire, y compris en votre absence. Cependant, vous avez le droit, même au travail, au respect de votre vie privée et au secret de vos correspondances personnelles. Un employeur ne peut pas librement les consulter. Encore faut-il les avoir identifiées comme telles. Pour cela, précisez dans l’objet de vos messages « personnel » ou « privé » et/ou stockez-les dans un répertoire portant ces intitulés.

Un internaute futé et avisé tu seras

L’usage d’Internet, à des fins privées comme professionnelles, comporte des risques pour la sécurité informatique de l’entreprise. Certes, tout le monde ne travaille pas à DCNS, mais n’importe quelle entreprise est vulnérable aux méchants virus.

Parmi les bonnes pratiques, la CNIL recommande par exemple : effectuer des mises à jour régulières pour limiter les failles de sécurité ; chiffrer les supports de stockage comme le disque dur ou les clés USB ; protéger son ordinateur contre le vol, en particulier lors de déplacements à l’étranger, et limiter le prêt à des tiers, même des membres de sa famille ; utiliser des mots de passe personnels et suffisamment complexes (on compare souvent les mots de passe aux clés de l’entreprise…) ; toujours préférer sa propre clé USB à une clé inconnue et ne pas utiliser la même clé au bureau et à la maison ; éviter de se connecter à des sites suspects, de télécharger des fichiers douteux ou des logiciels dont l’innocuité n’est pas garantie ; supprimer les messages suspects, y compris s’ils proviennent d’une personne connue, si possible sans les ouvrir ; lorsqu’un message suspect a été ouvert, ne pas répondre, ne pas cliquer sur les liens et ne pas ouvrir les pièces jointes ; enfin, alerter immédiatement le service informatique en cas d’événement anormal.

Un repos (numérique) bien mérité tu t’assureras

Enfin, il ne s’agit pas seulement de protéger votre patron de vos usages des outils numériques, mais aussi de VOUS protéger des siens (et, en fait, de vous-même). Selon un sondage de l’Ifop, 77 % des cadres consultent leurs e-mails et SMS pro pendant les week-ends et les vacances, soit pour se rassurer soit pour éviter d’éventuelles remarques d’un supérieur hiérarchique. Cette « hyperconnexion » comporte des risques, à la fois pour le bien-être du salarié et… pour sa productivité.

Si le droit à la déconnexion doit bientôt faire son entrée dans le Code du travail, certaines entreprises ont déjà pris des mesures pour favoriser la déconnexion de leurs employés : blocage des serveurs le soir, effacement automatique des messages reçus durant les congés, instauration de journées sans e-mails… De votre côté, protégez-vous de la tentation en évitant par exemple de synchroniser votre messagerie pro à vos appareils perso et en demandant un téléphone professionnel. Avec un peu de chance, vous obtiendrez un iPhone dernière génération…

 

publié le 11/10/2016
par Wiggin-v

mots-clés :

publié le 11/10/2016
par Wiggin-v

mots-clés :