Dans la jungle des webradios

Notre guide des bonnes ondes sur Internet

Dans la jungle des webradios

Et si nous vivions les dernières heures de la FM ? Tout comme la musique, le média radio se convertit au numérique et les bonnes ondes passent désormais par le Web. Mieux : une personne sur quatre écoute d’ores et déjà la radio sur Internet, ce qui en fait la sixième activité la plus fréquente sur la Toile, ex aequo avec le jeu en ligne.

Le far West des webradios

Aujourd’hui, toutes les grandes stations diffusent bien sûr leurs émissions en podcast ou en streaming (on parle à ce propos de « simulcast », c’est-à-dire de la diffusion d’un signal FM ou AM sur le réseau). Certaines d’entre elles ont cependant choisi d’élargir leurs programmes en proposant des webradios thématiques et gratuites, exclusivement diffusées sur le Web. Virgin et FG possèdent ainsi cinq canaux numériques, mais c’est NRJ qui décroche la palme avec une cinquantaine de programmes différents, du rap français à la musique latino en passant par NRJ Fitness pour vous accompagner dans l’effort.

Mais, au-delà de ces programmes, il existe sur la Toile une jungle des webradios, qui n’attend que vos oreilles pour être explorée. Des milliers de stations gratuites, professionnelles, semi-pro ou joyeusement amateurs, offrent des programmes originaux et excitants…

Comment ça marche ?

Si vous en êtes restés au bon vieux poste à galène, pas de panique, il n’est rien de plus simple que d’écouter la radio sur son PC. Chaque webradio possède son propre site, sur lequel vous pouvez la plupart du temps écouter le streaming directement à l’aide de votre navigateur, ou dans une fenêtre séparée, vous permettant alors de surfer aux quatre coins de la Toile, à l’écoute de votre programme. Depuis le site, il vous est aussi possible de télécharger un petit fichier au format .pls ou .m3u qui, grâce à des logiciels et lecteurs comme VLC ou iTunes vous connectera directement au flux de la station. Depuis quelques mois, certaines d’entre elles ont développé une application mobile, dédiée aux Smartphones. De nombreuses marques de haute-fidélité ont aussi conçu des postes radios Wi-Fi, au design souvent très chic, pour se connecter directement. Car il n’est pas toujours facile d’apporter son ordinateur dans sa salle de bain lorsque vous prend l’envie d’écouter, dès le matin, cette formidable webradio de San Francisco ou de Rio !

Comment s’y retrouver ?

Pour se frayer un chemin dans la cyberjungle radiophonique, il existe des sites Web comme Tunein, Radiopaq ou webradio-musique et des applications telle Radiorage qui font office d’annuaires, exhaustifs mais peu informatifs, parfois mal traduits ou pas mis à jour. Le menu radio du logiciel iTunes propose aussi un vaste échantillon de stations classées par genres musicaux. Mais le catalogue le plus complet, fort de 11 000 stations, reste le service Liveradio d’Orange, associé depuis juin au site Radionomy, qui occupe une place de choix dans ce nouveau paysage webradiophonique. Créé en 2008, il propose une sélection détaillée de près de trois mille radios en ligne, qu’il est possible de noter, de partager ou d’exporter sur les réseaux sociaux. Son grand avantage est d’offrir gratuitement à l’internaute la possibilité de créer sa propre station en mettant à sa disposition plus de cent mille titres musicaux et des logiciels de programmation et de diffusion. Désormais, tous les passionnés de musique peuvent se concocter en quelques clics une station à leur image, mais également, grâce à Liveradio d’Orange, accéder depuis leur Smartphone ou leur tablette tactile aux 500 premières radios du site Radionomy qui y sont d’ores et déjà disponibles.

Petit guide des bonnes ondes

Après des heures d’écoute et de navigation, nous avons sélectionné pour vous quelques vraies pépites radiophoniques. Attention tout de même : si vous êtes un nostalgique de l’explosion des radios FM des années 1980, avec leur liberté et leur franc-parler, vous risquez d’être déçu. La parole semble avoir été bannie des webradios françaises, mis à part quelques délires d’ados, de militants politiques ou de croyants convaincus. Le web radiophonique, c’est avant tout des milliers de stations musicales, avec chaque jour des millions de giga-octets de rythmes et de mélodies.

Parmi nos préférés, la station californienne Soma FM est la référence mondiale, grâce à sa vingtaine de canaux originaux et spécialisés, dont la plus célèbre est la très relax Groove Salad. On a aussi aimé Cinemix, une station française dédiée à la musique de film, dont la playlist vous transporte en quelques secondes dans une salle obscure. Paris Chanson, fondée par un britannique excentrique fou de chanson française, vous permettra de redécouvrir de vrais trésors de la première partie du 20ème siècle, loin des classiques mille fois entendus d’Edith Piaf ou de Yves Montand.

Pour les branchés, adeptes de découvertes musicales, de folk tendance, d’électro-pop ou de perles de la scène indépendante, direction Pigradio, lancé par le magazine italien Pig, ou alors Fluctuat, fondé par le webzine du même nom. On vous recommande aussi PopTron, lancé par Soma FM, l’historique Dublab (qui, contrairement à son nom, n’est pas spécialisé dans la musique jamaïcaine), l’Espagnole MV3 ou enfin les Belges de Bleh.

Pour les amateurs d’électro et de techno, attention : de nombreuses stations se contentent de diffuser les mêmes tubes que la plupart des stations FM. Webradio française pionnière, Electro One se veut plus créative et originale, tout comme Autobahn, basée en… Uruguay. Mais la référence mondiale est la Britannique Rinse FM, qui permet de découvrir toutes les nouveautés de la capitale londonienne et de ses tendances urbaines comme le dubstep et le futur garage.

Si vous préférez le rock, La Grosse Radio constitue une référence française. Les américains de La Grieta et Indie Pop Rocks offrent une sélection plus originale, d’obédience indie. Les adeptes de sonorités vintage jetteront une oreille attentive à la station québécoise Vinyle Rock qui offre un parfait condensé de l’âge d’or de Led Zeppelin, The Who ou The Doors, ainsi qu’à la formidable British Sixties Radio, consacrée à la meilleure période des Stones, des Kinks ou de Donovan.

Côté hip hop, funk et soul music, la station française Classic Rap est un incontournable. On a aussi beaucoup aimé QS Radio : The Originals, CC&D Motown, ainsi que le canal Soul & Funk de Classic And Jazz, tous dédiés à l’âge d’or de la musique noire américaine.

Enfin, histoire de décompresser en douceur, une multitude de stations vous offrent des programmes dédiés à la détente et au chill-out, qui hélas, se complaisent trop souvent dans de sirupeux accords de synthétiseurs. On préférera donc la très bien nommée Smooth & Relax, fondée par Classic & Jazz, l’éclectique et chic Blue Zone Bolz et, pour les adeptes d’électronique, la plus planante DroneZone…

Bref, entre l’indispensable Radionomy et cette liste choisie, vous allez pouvoir régaler vos oreilles à l’écoute des webradios les plus adaptées à vos goûts et les plus formidables du moment. Enfin, pour notre plaisir à tous, n’hésitez pas à nous faire part en commentaires de vos webradios coup de cœur !

Liens :

– Le service Liveradio d’Orange
– Le site Radionomy et son logiciel pour concocter sa propre radio
– Nos radios préférées : SomaFM, Groove Salad, Secret Agent, Cinémix, Paris Chanson
– Famille branchée : Pig Radio, Radio Flu, PopTron, Dublab, MusicVictim, Bleh
– Famille électro : ElectrOne, Autobahn Radio, Rinse, Dubstep
– Famille rock : La grosse radio Rock, La Grieta, Indie Pop Rocks!, Vinyle Rock, britishsixtiesradio
– Famille black : Classic Rap, CC&D Motown, Soul&Funk
– Famille relax : Smooth&Relax, Drone Zone, Blue Zone Bolz
– Les annuaires radio : Radiopaq, Webradio Musique, direct-radio.fr, streamfinder, tunein, Radiorage

publié le 26/08/2011
par Leloup Jean-Yves

mots-clés :

publié le 26/08/2011
par Leloup Jean-Yves

mots-clés :

vous aimerez aussi