Google Ai Experiments Quick Draw ! L’ordinateur qui devine vos dessins

#techxpress du 21/11/2016

Chez Google, les ingénieurs passent 10 à 20% de leur temps de travail à développer des projets personnels. Google AI Experiments Quick Draw ! en est un. Il s’agit d’une application qui utilise la reconnaissance de caractères et le machine learning, autrement dit, la faculté d’apprentissage des ordinateurs, pour reconnaitre ce que l’on dessine.

Google AI Experiments Quick, Draw ! Quand c’est l’ordinateur qui devine vos dessins

Google Ai Experiments Quick Draw ! est un jeu, ou ce n’est pas l’utilisateur qui joue, mais bien l’ordinateur. Le principe est simple et vous rappellera forcement un jeu que vous connaissez : l’utilisateur fait un dessin, et c’est à l’application de deviner ce dont il s’agit.

Pendant que l’on dessine sur son écran tactile avec son doigt, l’ordinateur essaye donc de deviner en analysant les formes créées. Il fait des propositions, et plus le dessin s’affine, plus elle se rapprochent de la réponse exacte. Chaque dessin doit être deviné dans un délai de 20 secondes par l’ordinateur.

L’ordinateur analyse ainsi la manière dont le dessin est créé et peut ainsi mémoriser des formes pour améliorer sa capacité à les reconnaitre. Quick Draw utilise la puissance d’un réseau de neurones artificiels pour développer sa faculté d’apprentissage, et il est donc capable de progresser, et fait donc forcément mieux à chaque fois que l’on joue.

L’ordinateur n’est pas encore parfait, et il lui faudra donc apprendre qu’il est par exemple possible de dessiner un chat de plusieurs manières. L’ordinateur analysera ainsi des formes qui se retrouvent dans plusieurs dessins de chats et pourra s’en servir pour reconnaitre nos dessins plus facilement dans la partie suivante.

L’application est gratuite et mise a disposition sur un site site web dédié par Google. Pour tester Google Ai Experiments Quick Draw, rendez-vous sur g.co/aiexperiments.

publié le 21/11/2016
par Nicolas Catard

mots-clés :

publié le 21/11/2016
par Nicolas Catard

mots-clés :