Le big data : un œil pour protéger la forêt

La forêt est le poumon de la Terre : elle abrite des millions de végétaux et d’animaux, fournit à l’homme oxygène et nourriture – plus d’1 milliard de personnes en dépendent directement pour leurs moyens de subsistance – et limite les effets du changement climatique. Mais la forêt est en danger. Quelque 129 millions d’hectares de forêts, l’équivalent de la superficie de l’Afrique du Sud, ont disparu depuis 1990. Heureusement, les scientifiques, les ONG et les États disposent désormais d’un nouvel outil pour la préserver : le big data.

Global forest watch : un œil sur la forêt

Lancé par le World Resources Institute et soutenu par une soixantaine de partenaires (dont Google, la NASA, l’université du Maryland, le PNUE, ou la FAO), le projet Global Forest Watch (GFW) permet de suivre en quasi-temps réel l’évolution des forêts mondiales. En combinant l’imagerie satellite, l’open data et le crowdsourcing, ce « système de surveillance et d’alerte dynamique des forêts » s’appuie sur la contribution des États, des ONG, des entreprises, des scientifiques et des individus.

Global Forest Watch (GFW)

Résultat : une impressionnante base de données accessible à tous, présentée sous la forme d’une carte interactive sur laquelle on peut afficher un certain nombre d’informations comme le couvert forestier, les concessions forestières pour l’exploitation du bois, les plantations de palmiers à huile, les zones protégées et points chauds de biodiversité, etc.

Earth insights : préserver la biodiversité tropicale

Conséquence directe de la déforestation, la disparition de nombreuses espèces. Fruit de la collaboration entre HP et Conservation International, Earth Insights permet d’améliorer la précision et la rapidité de la collecte et de l’analyse des données sur la biodiversité tropicale. « Les forêts tropicales abritent environ 30 millions d’espèces – la moitié des espèces végétales et animales présentes sur la planète – et génèrent 40 % de l’oxygène de la Terre. » Or, 4,6 millions d’hectares de forêts tropicales sont détruits chaque année. Auparavant, les scientifiques passaient plusieurs semaines à étudier un nombre incalculable de données et de photos d’animaux sauvages recueillies dans 16 forêts tropicales à travers le monde grâce à des milliers de caméras. Grâce au big data, ce temps est réduit à quelques heures !

Action, information, réaction

Collecter des téraoctets de données, c’est bien. S’en servir pour mener des actions concrètes en faveur de la forêt et de la biodiversité qu’elle abrite, c’est mieux ! En partageant leurs données, des initiatives comme GWF et Earth Insights (on aurait aussi pu citer Eyes on the Forest de la WWF ou Tara, qui organise des expéditions scientifiques pour mieux comprendre l’impact du changement climatique sur les océans) ont pour objectif de fournir des outils d’action simples et d’encourager la prise de décisions politiques. Les gouvernements peuvent ainsi s’appuyer sur les capacités croissantes du big data pour mettre en œuvre des régulations limitant les activités responsables de la déforestation ; les ONG peuvent les utiliser pour traquer les crimes écologiques ; le grand public et les médias s’en emparer pour dénoncer certaines pratiques et réclamer une plus grande responsabilité dans la gestion de la forêt ; et les entreprises s’en servir pour adopter des pratiques plus durables… Le big data peut bénéficier à tous et surtout, surtout, à l’environnement.

publié le 04/12/2015
par Wiggin-v

mots-clés :

Site officiel de Global Forest Watch

Suivre l’évolution des forêts et lutter contre la déforestation.

data.globalforestwatch.org

Site officiel de Earth Insights

Surveiller et protéger les espèces tropicales.

www8.hp.com

publié le 04/12/2015
par Wiggin-v

mots-clés :