Pepper, humanoïde de compagnie

Le premier robot personnel qui lit les émotions et tient conversation

Jusqu’à maintenant les robots capables de comprendre et d’exprimer des sentiments étaient du domaine de la fiction. Mais voilà que l’on nous présente Pepper, le nouveau protégé de la robotique humanoïde conçu pour vivre aux côtés des humains.

Elaboré conjointement par Aldebaran Robotics (acteur majeur de la robotique humanoïde et créateur de Nao) et l’opérateur téléphonique japonais SoftBank, Pepper est le premier robot personnel au monde capable de lire les émotions et de tenir des conversations.

Pepper, premier robot humanoïde de compagnie

Issu du même géniteur que le robot Nao, Pepper en est proche par son aspect. Le haut du corps de ce petit bonhomme mesurant 1,20 mètre de haut et pesant 28kg est celui d’un humanoïde : un visage avec deux grands yeux ronds expressifs, deux bras, deux mains et un torse équipé d’une tablette tactile. Mais contrairement à son frère, Pepper ne possède pas de pieds, mais des roulettes, plus économiques en énergie, pour circuler jusqu’à 3 km/h.

Considéré comme révolutionnaire, Pepper est capable de décrypter les sentiments de ses interlocuteurs et de communiquer avec eux grâce à la voix, au toucher et aux émotions. Selon ses parents, Pepper est un compagnon sensible et autonome, capable de s’adapter au comportement et aux humeurs de la famille qui l’adopte.

Car ce robot est bien destiné au grand public : il devrait être commercialisé en février 2015 au Japon pour un prix en yen équivalent à 1400 euros environ, un prix abordable proche de celui des PC.

Concrètement, il peut par exemple, faire la lecture aux enfants et rendre compte de ce moment à leurs parents ou plus généralement, distraire les plus jeunes pendant que leurs parents sont occupés. Dans un pays comme le Japon où la population vieillit à grande vitesse, on attend aussi certainement de Pepper qu’il tienne compagnie et apporte des services aux personnes âgées. Bref, on nage en plein dans la série Tv « Real Humans ». Mais d’ici à sa commercialisation en février prochain, son premier emploi sera d’accueillir les clients des boutiques de SoftBank dans des quartiers à la mode de Tokyo.

Des capteurs et un moteur émotionnel

Comment est-ce possible ? Pour détecter les émotions humaines, Pepper est d’abord bardé de capteurs. 4 micros, 2 caméras et 1 capteur 3D équipent sa tête. Pour le toucher et interagir avec lui, Pepper possède aussi plusieurs capteurs tactiles. Et pour évoluer dans l’espace de manière naturelle, des capteurs gyroscopiques, laser, sonar sont présents dans son buste et ses jambes.

Ainsi, grâce à ces capteurs et à des technologies avancées de reconnaissance émotionnelle, Pepper est capable de reconnaître des formes mais aussi les expressions sur les visages ou les tonalités de voix de ses interlocuteurs et de réagir en conséquence. Pepper sait notamment déjà comprendre quand quelqu’un est content, triste ou en colère. Ses créateurs assurent même qu’il est capable de plaisanter et de danser.

Un compagnon évolutif qui partage son l’intelligence dans le cloud

Si Pepper ne sait pas encore traiter toutes les émotions, c’est un premier pas. Ses fonctionnalités lui permettent d‘évoluer par l’apprentissage.

D’abord, il est capable d’enregistrer les habitudes de sa famille d’accueil et ses interactions quotidiennes et ainsi d’améliorer son comportement. Pepper est aussi doté d’une interface réseau (Wifi et ethernet) et du système d’exploitation commun à tous les robots d’Aldebaran (NAOqi OS) qui vont lui permettre de partager avec ses homologues toutes ces informations via une base de données commune dans le cloud. Ainsi, s’il détecte de la joie lorsqu’il danse ou lit une histoire, il pourra transmettre cette information à un autre robot qui deviendra à son tour capable de générer le même comportement. Plusieurs Pepper peuvent ainsi mutuellement améliorer leurs facultés de compréhension et partager une sorte de sagesse collective.

Des applications pour robots créées par des développeurs du monde entier (comme les apps mobiles) pourront également étendre les capacités de Pepper. Que ce soit pour gérer ses mouvements et le faire danser ou apprendre les langues avec lui, les possibilités sont vastes. Un kit de développement logiciel sera mis à disposition par Aldebaran et des ateliers présentant Pepper et ces outils devraient avoir lieu à Paris et Tokyo dans les prochains mois.

Qu’on les trouve sensibles ou utiles,l’arrivée des robots personnels comme Pepper sera-t-elle une révolution comparable à celle de l’ordinateur personnel ?

Liens :

Pour en savoir plus sur Pepper :

– sur le site d’Aldebaran
– le site de Softbank

publié le 30/06/2014
par Arp Sophie

mots-clés :

publié le 30/06/2014
par Arp Sophie

mots-clés :