Quoi de neuf dans le jeu vidéo ?

Plusieurs fois dans l’année, le jeu vidéo a l’occasion d’être sous le feu des projecteurs, notamment lors des salons réservés aux professionnels et aux joueurs en quête de nouvelles aventures. Si l’E3 de Los Angeles, le salon Gamescom à Cologne et le Tokyo Game Show japonais restent parmi les plus fréquentés, la France peut désormais compter sur la Paris Games Week pour mettre fièrement en lumière l’industrie sur notre territoire.

Cette année, la PGW se tient du 27 au 31 octobre à la porte de Versailles et devrait accueillir près de 300 000 curieux. À l’occasion de cette grande fête, Le Collectif vous propose de découvrir les trois tendances du petit monde vidéoludique.

Le pari risqué de la réalité virtuelle

2016 est une année charnière, une période qui connaît une évolution technologique majeure comme on n’en voit que rarement. C’est en effet l’année de la VR (« virtual reality », « réalité virtuelle »), une innovation jusque-là réservée aux professionnels ou aux dispositifs événementiels, qui rejoint enfin le salon des joueurs.

Avec la sortie du PlayStation VR le 13 octobre, Sony compte bien démocratiser les expériences en réalité virtuelle. « Expérience » avec des guillemets, car pour le moment, ce sont surtout de très courtes aventures, des séquences d’exploration ou des jeux déjà existants adaptés à la VR qui voient le jour. Si l’on ajoute à cela le prix du matériel (400 € pour le PlayStation VR, 899 € pour son concurrent direct le HTC Vive), il faudra une réelle plus-value pour que les joueurs adoptent ce nouvel accessoire.

À ce propos, les développeurs eux-mêmes identifient un risque : celui de surfer sur l’effet de surprise aux dépens de la créativité. John Carmack, directeur technique du casque Oculus Rift, explique : « Nous nous reposons actuellement sur l’innovation et l’émerveillement provoqué par une technologie que les gens n’ont jamais vue auparavant. Mais nous devons commencer à nous remettre en question : pouvons-nous vraiment faire quelque chose en réalité virtuelle qui a autant, voire plus, de valeur que les jeux déjà sortis ? »

Les studios devront vite le prouver s’ils souhaitent que ce tournant technologique soit davantage qu’une simple anecdote dans l’histoire du jeu vidéo.

Le jeu vidéo n’est pas le seul à profiter de la réalité virtuelle ! Depuis le 12 octobre, les abonnés OCS équipés d’un casque VR ont accès à une toute nouvelle application qui les plonge virtuellement dans une salle de projection privée. Le résultat est aussi impressionnant qu’immersif : les spectateurs sont désormais au cœur de l’action. En décembre, quelques abonnés triés sur le volet pourront découvrir le très innovant programme Orange VR Experience, une sélection de contenus exclusivement conçus pour les casques de réalité virtuelle, en partenariat avec la start-up Wevr. Pour être parmi les premiers à en profiter, rendez-vous sur cette page !

No Man’s Sky, la promesse d’un univers créé grâce aux mathématiques.
No Man’s Sky, la promesse d’un univers créé grâce aux mathématiques.

Quand les maths dictent la partie

Ce n’est pas un secret : le développement d’un jeu, quel qu’il soit, demande de nombreux mois de travail pour arriver à un résultat qui corresponde aux attentes et à la vision de ses créateurs. Si les jeux scénarisés et linéaires sont légion dans cette industrie très inspirée par le cinéma, de plus en plus de studios s’intéressent à la création procédurale, autrement dit les mondes ou parties créés de manière aléatoire grâce à des algorithmes mathématiques.

Il y a quelques années, le jeu Minecraft popularisait le genre en proposant aux joueurs de plonger dans un gigantesque monde « bac à sable » à construire, inspiré par Lego, où chaque partie se déroule dans un environnement nouveau créé de manière aléatoire. S’il s’agit d’un véritable défi technique pour les créateurs, c’est avant tout l’assurance pour le joueur d’avoir entre les mains des jeux aux possibilités vertigineuses.

Cet été, la « génération procédurale » s’est frottée à sa plus grande polémique : celle entourant le jeu d’exploration spatiale No Man’s Sky, qui promettait depuis son annonce de découvrir des milliards de planètes aussi splendides qu’hostiles. Topologies étranges, animaux bizarroïdes, répétitivité assourdissante… le résultat est finalement loin des promesses tenues par Hello Games, petite équipe d’une dizaine de personnes en charge de son développement.

Difficile à dompter quand il s’agit de créer un univers cohérent en 3D, la « génération procédurale » a encore de beaux jours devant elle, mais doit toujours faire ses preuves après un tel fiasco.

Avec l’e-sport, le jeu vidéo conquiert les salles pour des compétitions grandeur nature.

Avec l’e-sport, le jeu vidéo conquiert les salles pour des compétitions grandeur nature.

Profession : e-sportif

Troisième et dernière tendance qui révolutionne l’industrie ces derniers mois : l’e-sport. Déjà très populaire depuis la fin des années 1990, le jeu vidéo multijoueur en ligne se professionnalise petit à petit, notamment grâce aux compétitions officielles telles que la très sérieuse ESWC, dont la nouvelle édition se déroulera lors de la Paris Games Week.

Début octobre, le groupe média Webedia procédait en parallèle à une série d’acquisitions dans le but de devenir le premier acteur français de l’eSport, en charge de l’organisation des tournois, des médias d’actualité, des retransmissions vidéo en direct… mais aussi de l’entraînement des équipes. « Vous verrez bientôt des équipes Paris Saint-Germain eSport portant le même maillot que les joueurs de l’équipe de football », explique son directeur Cédric Siré.

Parmi les autres équipes les plus populaires figurent celles de Millenium, dont Orange est sponsor depuis plus d’un an. Un partenariat naturel quand on sait qu’Orange, équipementier majeur de l’e-sport avec sa Fibre, participe à une dizaine d’événements dans l’univers du jeu vidéo chaque année (dernièrement : la DreamHack Tours, Lyon eSport, la Coupe de France du jeu League of Legends). Les fans d’e-sport peuvent d’ailleurs vivre pleinement leur passion et découvrir les coulisses du milieu au sein de la communauté Rush eSport.

Cette dynamique qui encourage naturellement les joueurs est une véritable aubaine pour les studios de développement, qui conçoivent maintenant des logiciels entièrement imaginés pour l’e-sport.

Présentation du jeu compétitif en ligne Overwatch.

Overwatch, la dernière superproduction du géant Blizzard, en est l’illustration la plus récente : dans le monde entier, plus de 15 millions de joueurs sont déjà entrés dans cette grande arène virtuelle où la progression, le rythme et les possibilités ont été pensés pour la compétition.

Rendez-vous au pied du sapin de Noël pour savoir quel éditeur remportera la partie.

publié le 27/10/2016
par Bastien Péan

mots-clés :

“À l’occasion de la Paris Games Week, Le Collectif vous propose de découvrir les trois tendances du petit monde vidéoludique.”

Quand les jeux vidéo racontent l’Histoire

Lire l'article

publié le 27/10/2016
par Bastien Péan

mots-clés :